le capitaine est un héros

titre fortement inspiré par l’enthousiasme du moment

dites, elle est pas belle cette mouette ?

vous allez finir par me dire que je parle beaucoup du capitaine, certes, mais force est de constater que je n’en suis qu’au début de mon aventure, que j’apprends à naviguer pour aller au-delà des mers et des océans rencontrer tout ce qui touche de peu ou de prou à de l’herboristerie, et que pour l’heure, à part les mouettes et les goélands, je ne vois pas grand monde … j’essaie de pêcher, alors oui, je parle aux poissons (que je ne vois pas plus qu’âme qui vive) mais qui pourraient au moins faire l’effort du sacrifice de leur petite vie pour nourrir la mienne, et j’avoue qu’à ce niveau de ma phrase, j’ai envie de croire que celle ci a plus d’intérêt que celle d’un menu fretin ? mais qui suis-je pour en juger, menu fretin moi-même ?

(Faudra quand même que j’apprenne à pêcher)(et que je médite sur cette notion de menu fretin)

Ah ! je vous dis ça et je pense tout de suite à quand l’expert est venu expertiser le bateau pour les assurances, il a noté qu’on avait un radeau de survie Viking, le nec plus ultra  des radeaux de survie a-t’ il assuré, avant d’ajouter que c’était tellement la classe que ça donnerait presqu’envie de s’en servir, ça m’a fait pouffer, mais le capitaine est resté de glace, on ne plaisante pas avec la survie nom d’une pipe en bois … enfin, le rapport avec la pêche c’est que si jamais, pour faire un rapport in situ à l’expert (et à vous par la même occasion) on se retrouve à tester le radeau de survie, ça serait une sacrément bonne chose que je sache pêcher …

Mais j’en reviens au sujet de cet article : que s’est-il bien passé qui fasse du capitaine un véritable héros ? 

Prenez votre temps, allez vous faire un thé, asseyez-vous confortablement… c’est bon ? 

Bon

… or donc, nous voici au mouillage dans une crique du cap de Creus en Espagne, pas loin de Cadaquès, un peu de monde et une voix qui interpelle le capitaine en passant près d’un bateau, au ralenti pour trouver la best place où mouiller l’ancre … hey ! Un pote de plongée ! trop cool ! ça se fait des signes de loin, je me demande tout de suite ce que je vais bien pouvoir faire à manger ce soir pour nourrir plus de monde (une ratatouille ?), le soir effectivement le pote de plongée vient dîner avec sa femme, qui fait de la plongée également, ce petit monde s’organise pour demain, faire quoi je vous le donne en mille … plonger (facile), on m’invite, je décline, je sais d’ailleurs que c’est par pure politesse car je n’ai jamais plongé de ma vie et le simple fait d’imaginer le faire prochainement pourrait presque me causer des insomnies si je n’avais une nature à dormir comme un plomb en dehors des moments d’enthousiasme intense qui peuvent me faire passer une nuit entière à garder les yeux ouverts au plafond comme si je pouvais y lire mon destin…

le lendemain matin, je regarde attentivement les préparatifs des plongeurs … oh, my, god ! en dehors de ceux qui font de la plongée, il est impensable de croire ce que j’ai vu de mes propres yeux ! quel barda, non mais quel barda ! il faut mettre une combinaison qui met au moins un quart d’heure à rentrer dedans tellement ça colle à la peau, enfiler des chaussons, des palmes, un masque, préparer la bouteille d’air comprimé, et tout ce qui va avec, des lests de plomb pour bien descendre dans l’eau, un ordinateur de plongée au poignet …

le plongeur part en pesant une tonne, à faire pâlir Thomas Pesquet et à se demander comment il ne coule pas à pic pour ne jamais remonter, je m’enhardis à demander au capitaine comment il va faire pour remonter (pas que je me retrouve toute seule à manœuvrer ce bon cap de miol) et il fait sa tête de quand la réponse est tellement évidente (pour lui) qu’il se pose la question de savoir si je suis bête exprès ou si je le fais marcher, pour me répondre qu’il gonfle sa « stab » comprendre le gros gilet qui porte sa bouteille, son détendeur et qui a des poches dans tous les sens …. Ouf, il finira par remonter, du moins ça reste possible … 

le plongeur assis sur la jupe à l’arrière du bateau, maintenant vous saurez ce que c’est que la jupe du bateau !

… voilà nos plongeurs partis, j’ai promis de m’entraîner à nager avec des palmes, un masque et un tuba, aussi je m’y emploie, cochon qui s’en dédie … vaillante plus qu’il n’en faut, j’essaie une de ces fichues combinaisons Néoprène et, de guerre lasse, laisse tomber l’affaire après une demie heure de tentatives infructueuses à me tordre dans tous les sens pour réussir à l’enfiler (à se demander si j’ai grossi) … bon, je passe aux palmes … okéééé … masque … je meurs presque, étouffée en 15 secondes chrono, au bord de l’asphyxie j’arrache le masque de mon visage, crotte de bique me voilà dans une sacrée mouise ! je dois y arriver ! j’ai promis ! mais comment faire pour tenir cette promesse faite, selon toute vraisemblance, à la hâte et en pure vanité ?! 

je reprends, méthodique, mets le masque sur mon front, glisse le tuba dedans et le prends dans ma bouche, descends le masque sur mes yeux et mon nez, m’enclins à respirer calmement (mes fesses, si vous me pardonnez l’expression), m’admoneste intérieurement et réussis à me calmer, du moins suffisamment pour que quiconque me verrait ne se porte pas aussitôt à mon secours en me pensant en détresse (bien sûr que je le suis) …

phase 1, ça va à peu près

phase 2, je descends le long de l’échelle du bateau et me trempe dans l’eau froide, heureusement que je ne suis pas engoncée dans la fichue combi, me dis-je, genre ça pourrait être pire, prends mon courage à deux mains et mets le menton dans l’eau, vouiiiiiiii, vas-y isa, …, allez vas-y isa, …, hop dans l’eau jusqu’en dessous des yeux … oui … oui oui oui ! … ah non non non, bon sang isa que tu es nulle ! j’ai jailli de l’eau comme un diable de sa boîte, tout est à refaire, y arriverai-je jamais ?

la honte me pèse aussi lourdement que le couvercle du ciel de Baudelaire …

Quand le ciel bas et lourd pèse comme un couvercle

Sur l’esprit gémissant en proie aux longs ennuis,

Et que de l’horizon embrassant tout le cercle

Il nous verse un jour noir plus triste que les nuits ;

Quand la terre est changée en un cachot humide,

Où l’Espérance, comme une chauve-souris,

S’en va battant les murs de son aile timide

Et se cognant la tête à des plafonds pourris ;

Quand la pluie étalant ses immenses traînées

D’une vaste prison imite les barreaux,

Et qu’un peuple muet d’infâmes araignées

Vient tendre ses filets au fond de nos cerveaux,

Des cloches tout à coup sautent avec furie

Et lancent vers le ciel un affreux hurlement,

Ainsi que des esprits errants et sans patrie

Qui se mettent à geindre opiniâtrement.

– Et de longs corbillards, sans tambours ni musique,

Défilent lentement dans mon âme ; l’Espoir,

Vaincu, pleure, et l’Angoisse atroce, despotique,

Sur mon crâne incliné plante son drapeau noir.

aaaaah comme le temps passe vite ! je suis appelée à la manœuvre, vous ne saurez pas tout de suite de quel héroïsme le capitaine a fait preuve …

il va falloir attendre demain …

PS : quel pisse-froid ce Baudelaire 😀

PPS : j’espère que je n’ai pas grossi

PPPS : je pense que c’est obligé qu’il faut faire pipi dans sa combi comme Pesquet dans l’espace

PPPPS (après j’arrête) : du coup j’ai regardé la définition exacte de « mouise » : « pauvreté extrême, faiblesse, dénuement, etc. » … je valide – et j’adore le « etc »

Publié par isabelle centre tao

Je suis thérapeute, conférencière et formatrice en Médecine Traditionnelle Chinoise MTC, j'ai fondé la chaîne du Centre Tao sur YouTube pour que vous puissiez apprendre le langage de votre corps et de ses énergies, vous rééquilibrer et vous soigner avec la MTC (diétothérapie, plantes, points d'acupuncture et plein de trucs magiques) en m'adressant particulièrement aux femmes et en leur destinant plusieurs de mes formations. Aujourd'hui je me lance dans une nouvelle aventure : découvrir les plantes du monde destinées aux femmes lors des différentes étapes de leur vie, afin d'aider toutes les femmes, où qu'elles soient, car même si la Pharmacopée Traditionnelle Chinoise est la plus riche de la planète, il existe partout dans le monde des plantes qui peuvent traiter les douleurs de règles, l'infertilité, les problèmes liés à la grossesse ou à la ménopause et aider les femmes qui n'ont pas accès aux plantes de la Pharmacopée Chinoise. J'ai décidé de faire ce blog pour vous faire vivre cette aventure, et je vous raconterai aussi bien mon quotidien sur le bateau et dans les différents mouillages, que mes rencontres d'herboristes, sorcières et sorciers, chamanes, tisaneurs et all these kinds of people !

16 commentaires sur « le capitaine est un héros »

  1. Ouiiii, il faire pipi dans la combi. Pas difficile entre la trouille et le froid, crois en mon expérience d’ancienne plongeuse,(- 40 m mon record et panne d’air …) . Profite de ton tuba, panne d’air impossible, et n’oublie pas de cracher dans ton masque puis rincer, ça évite la buée !
    Bisous 😘

    J’aime

  2. Isabelle, j’adore votre façon de conter… vous me captivez… quelquefois je me marre, votre humour est hilarant…vivement demain pour la suite de votre aventure !
    Bien cordialement
    Marie-Blanche

    J’aime

  3. ma parole isabelle tu vas nous écrire un best seller tu sais tellement bien choisir tes mots pour exprimer tes émotions , j’ai carrement l’impression de les vivre en même temps que toi…. et quand tu angoisses j’angoisse avec toi , je vais suivre passionnément ton aventure, tu vas devenir une écrivaine à succès …je n’en n’ai aucun doute …on est juste au début de ton aventure et deja je suis scotchée et impatiente de connaitre la suite, tes doutes, tes hésitations, tes mésaventures , a partir de maintenant , je vais les vivre aussi, au rythme de tes mots qui s’égrennent sur chacune des pages que tu vas partager avec nous …tes fans …bien a toi Michèle

    J’aime

  4. Il est vraiment pas sympa ton capitaine, tu dois découvrir plein de choses et tu n’es pas très soutenue par ton compagnon de voyage, prends ton temps pour apprendre ! Je te soutiens et je t’envie, merci de nous donner de tes nouvelles

    Aimé par 1 personne

  5. Bonjour Isabelle. Bon courage pour ces’ grands moments’. Ca me fait bien rire en tout cas et franchement on s’y croirait. De tout coeur avec vous;MC

    Aimé par 1 personne

  6. Ahh mais comme je m’amuse de te lire et comme je te comprends. J’ai voulu moi aussi tester la plongée mais avec des bouteilles et quelle aventure … je ne partais pas d’un bateau mais de la plage, c’était aux Philippines il faisait une chaleur incroyable et j’ai eu un mal de chien à enfiler cette foutue combi mais le pire fut de porter les bouteilles jusqu’à la mer… elles étaient tellement lourdes que j’avais l’impression d’être écrasée par leur poids et avec les palmes aux pieds je trébuchais dans le sable c’était pitoyable. Quand enfin je suis arrivée dans l’eau je n’avais pas prévu qu’on pouvait aussi avoir le mal de mer sous l’eau 🤢, mon accompagnateur m’a dit de vomir dans la mer … NON MAIS ÇA VA PAS NON ?? Je ne savais plus respirer, j’avais l’impression qu’il n’y avait pas d’air dans mes bouteilles mais ma fierté m’a empêchée de remonter (car j’avais saoulé tout mon entourage pour y aller…) et pour ne penser à rien je me suis mise à chanter une chanson d’ABBA, dans ma tête hein quand même, (je m’en souviens encore) je pense que “SOS d’un terrien en détresse” aurait été plus approprié, et d’un coup la respiration s’est faite naturellement et j’ai pu profiter des magnifiques fonds marins. J’en garde un souvenir mémorable … 😜
    Continue de nous raconter tes aventures, tu as un réel talent d’écrivaine et j’attends la suite avec impatience, en attendant je retourne à mes cours qui sont, à eux seuls, une véritable aventure également…

    Aimé par 1 personne

  7. hahaha comme je ris en te lisant et comme je trouve une âme sœur ! et je comprends tellement que ta fierté t’ai fait trouver de la ressource, j’en suis là aussi ! quelle force que d’avoir de la fierté pour se dépasser, et parfois je me dis que nous sommes bien plus courageuses que ceux qui n’éprouvent pas la moindre peur … je retiens ton truc de la chanson d’ABBA, je te dirai ce qui me viendra spontanément à l’esprit !

    J’aime

  8. Très drôle! Je pensais aussi quand je voyais les plongeurs se préparer que c’était n’importe quoi… tout ce matériel , tous ces efforts… et puis j’ai plongé… et j’ai compris… plonger est juste magique. C’est vrai qu’il faut dépasser plein de choses mais une fois sous l’eau, on entre dans un autre monde et j’insiste, c’est magique🧜‍♀️ Alors prends ton temps… petit à petit l’oiseau fait son nid😉

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :