aaaaah, voilà la suite !

le vent, ça rend tout décoiffé

… je vous passe mes tentatives pathétiques de survie en mode masque et tuba, j’ai fini tout de même par mettre la tête dans l’eau, et chance ! des poissons et des rais de soleil qui plongent dans les grands fonds, sinon de l’eau, de l’eau, encore de l’eau, et tout du bleu …

… et ma respiration

immense

de prendre tant de place dans ce silence …

mais alors ? pas de noyade ? pas de sauvetage in extremis, le capitaine arrivant à ma rescousse avec ses palmes et son air comprimé, sa bite et son couteau peut-on dire, me ramenant inerte à la surface de l’eau en héros ?… mé naaaaan, beaucoup trop vu, tellement surfait, que nenni, ridicule, jamais au grand jamais !! (évidemment que si que j’aimerais, je me navre de tant de frivolité)

Ça me fait trop poiler d’imaginer le capitaine avec un air comprimé (ça lui arrive)

mais rien de tout cela, au bout de quelques petites minutes de tête plongée dans l’eau, j’ai décidé que j’avais rempli mon contrat du jour (où a-t-on vu que tout serait à faire en un seul jour), déposé palmes, masque, tuba et maillot de bain sur la jupe du bateau et suis partie nager la brasse à oilpé, ce qui me paraît tellement plus adapté que d’explorer les fonds sous-marins chargée comme une mule, quelle liberté, quelle légèreté, rien d’autre que de faire corps avec la mer …

mais voilà que revoilà nos plongeurs émérites, qui mettent autant de temps à se débarrasser de leur barda quasi militaire qu’ils n’en n’ont mis pour s’équiper, racontent ce qu’ils ont vu, un petit mérou (le graal dirait-on à les entendre), le reste je ne sais plus à part des plantes subaquatiques, ils rincent et rangent leur matos sur la  jupe du bateau, je les regarde faire, les bras posé sur une barre du portique et le menton sur mes mains, absorbée par leur rituel hypnotisant, un petit zod arrive chargé de 2 personnes, teuf teuf teuf, ils ont vu que ceux qui venaient de remonter à bord de cap de miol étaient des plongeurs (à moins d’être aveugle il n’est pas possible de l’ignorer) et ils les interpellent : ils ont perdu leur mouillage et montrent un petit bateau à moteur amarré plus loin à un voilier (les proprios sont debout sur le pont, mains sur les hanches, et nous regardent de loin, espérant visiblement être bientôt délivrés), ils voudraient savoir s’il serait possible de les aider à le repêcher, le capitaine leur dit que le fond est de plus de quinze mètres et qu’il faut descendre avec une bouteille pour récupérer leur ancre, mais qu’hélas leurs bouteilles sont vides car ils viennent de plonger …

… deux secondes d’hésitation

tic tac

et il ajoute qu’il peut remplir une bouteille et venir un peu plus tard, il y a un compresseur à bord, les 2 gars se confondent en remerciement et repartent teuf teuf teuf …

pour autant, sortir le compresseur du coffre arrière n’est pas une mince affaire, le coffre arrière c’est comme une cale dans laquelle on tient pratiquement debout et qui sert à ranger tout un tas de matériel de bricolage, de pièces de rechange et d’outils divers, et le compresseur pèse un âne mort … mais le marin est ingénieux, il passe un anneau de friction (hé oui) sur une barre du portique, un bout qu’il accroche au compresseur et hisse et ho, tuituitui, le compresseur monte, les plongeurs l’installent sur la jupe arrière et là, c’est la fête, on peut le dire, je pense que remplir des bouteilles d’air comprimé avec un compresseur est une espèce de rêve à écrire sur la to-do-list d’une partie de l’humanité, la partie mâle j’entends, parce que la plongeuse ne s’intéresse pas du tout à cette activité, tandis que les garçons s’en donnent à cœur joie, le moteur fait un boucan de tondeuse à gazon qui déchire l’air pur d’un matin d’été, quand ils l’arrêtent, les gens des bateaux alentour applaudissent… 

Vue plongeante du coffre arrière bien rangé (si)
Anneau de friction dans lequel on glisse un bout (rappel pour les étourdis : prononcer « boute »)

le capitaine enfile l’équipement dont il s’était débarrassé peu de temps auparavant, je regarde à nouveau ce cirque et, paré de sa bouteille remplie à coup de décibels, d’un lourd et long bout destiné à remonter l’ancre, il s’éloigne en palmant sur le dos vers le petit bateau à moteur…. (je vous conseille d’imaginer la musique des dents de la mer pour ajouter au suspens de la scène, j’ai testé moi-même et ça met une intensité pas dégueu)

le plongeur arrive en vue du bateau à moteur et s’apprête à plonger
La posidonie n’est pas une algue mais une plante à fleurs sous-marine de Méditerranée. Ses peuplements, qui ressemblent à des prairies, sont en réalité des forêts offrant des services sans équivalent à l’échelle de la planète.

j’admire l’entraide entre marins, je ne vous raconte pas tout parce que sinon vous n’en pourriez plus, mais il existe entre eux une solidarité comme j’en ai rarement vu, un coup à redonner confiance en l’humanité à ceux qui douteraient de la partie généreuse et coopérante de l’être humain … je le regarde s’éloigner, donc, il est plus de 14 heures, on n’a pas déjeuné, il a plongé ce matin et replonge derechef, tout ça pour aller chercher une ancre que des inconscients ont perdue, et j’aime cette entraide, et je me dis que le capitaine est un sacré héros, parce que c’est ça pour moi le véritable héroïsme, ces petits actes du quotidien qui montrent qu’on a du cœur et qu’on s’en sert, plutôt que de se dire que c’est l’heure de l’apéro (l’ancre n’a pas été retrouvée, on n’y voyait goutte au fond, elle a dû s’enfoncer dans les posidonies) 

c’est le moment bienvenu des PS !

  • Qu’est-ce qu’un « zod » ? c’est l’abréviation de zodiac, quand on s’y connaît on ne s’abaisse pas à dire zodiac, on montre qu’on a de la route, qu’on sait ce que c’est qu’un zod, et c’est encore mieux quand on sait ce que c’est qu’un zodiac = bateau pneumatique à moteur, comme celui de la vidéo d’en haut. On l’appelle souvent « annexe », l’annexe bateau pneumatique est un bateau rattaché à un navire principal, qui permet par exemple d’aller à terre quand on est au mouillage, ou d’aller toquer chez un bateau voisin, ce qui est drôlement plus malin que d’y aller à la nage
  • Le compresseur haute pression est la machine qui permet de gonfler les blocs de plongée
  • le bloc de plongée ce sont les bouteilles de plongée, mais les plongeurs disent blocs, tout comme on dit zod, pour ne pas passer pour une nouille
  • je vous ai expliqué sous la photo ce que sont les posidonies, et l’on comprend qu’une ancre et sa chaîne (le tout = le mouillage) ont pu s’y perdre et que ce n’est pas de la mauvaise volonté de la part du plongeur qui finalement regretterait l’apéro
  • être au mouillage c’est l’action d’immobiliser un bateau en mer au moyen d’une ancre, en utilisant les apparaux de mouillage (chaîne, bosses, guindeau ou cabestan, etc.)
  • alors je suis comme vous, je me suis demandé pourquoi on ne dit pas « appareils » de mouillage, et bien voilà : les apparaux c’est le matériel d’équipement de navire permettant d’assurer des manœuvres de mouillage, d’amarrage, de remorquage, de levage ou de pêche… CQFD !

ultime PS du jour : sur la photo de l’anneau de friction, on voit ma serviette violette, un bateau se transforme vite en buanderie flottante, et cette fameuse serviette elle est en microfibres, une découverte pour moi, c’est super parce que ça ne prend pas de place, et on n’a pas beaucoup de place sur un bateau, ça essuie vachement bien et ça sèche vite 😉

Publié par isabelle centre tao

Je suis thérapeute, conférencière et formatrice en Médecine Traditionnelle Chinoise MTC, j'ai fondé la chaîne du Centre Tao sur YouTube pour que vous puissiez apprendre le langage de votre corps et de ses énergies, vous rééquilibrer et vous soigner avec la MTC (diétothérapie, plantes, points d'acupuncture et plein de trucs magiques) en m'adressant particulièrement aux femmes et en leur destinant plusieurs de mes formations. Aujourd'hui je me lance dans une nouvelle aventure : découvrir les plantes du monde destinées aux femmes lors des différentes étapes de leur vie, afin d'aider toutes les femmes, où qu'elles soient, car même si la Pharmacopée Traditionnelle Chinoise est la plus riche de la planète, il existe partout dans le monde des plantes qui peuvent traiter les douleurs de règles, l'infertilité, les problèmes liés à la grossesse ou à la ménopause et aider les femmes qui n'ont pas accès aux plantes de la Pharmacopée Chinoise. J'ai décidé de faire ce blog pour vous faire vivre cette aventure, et je vous raconterai aussi bien mon quotidien sur le bateau et dans les différents mouillages, que mes rencontres d'herboristes, sorcières et sorciers, chamanes, tisaneurs et all these kinds of people !

14 commentaires sur « aaaaah, voilà la suite ! »

  1. C’est fascinant de découvrir une autre facette d’une femme dont on ne voyait toujours que le même côté sérieux, et spécialisé dans la MTC (mes initiales).
    Voilà une Isabelle qui en voguant auprès de son capitaine nous parle de l’art de la navigation, du voilier, de la plongée, avec humour, et des connaissances certaines.
    Et le lien entre ces deux facettes, mis à part la posidonie, première plante à fleurs des fonds marins, dont elle nous parle, c’est quoi?
    Pour moi, c’est la précision des mots et des explications, c’est le goût de partager ces connaissances avec humilité c’est la passion qu’elle y met, une passion qui l’habite!
    Alors, sa recette de ratatouille? Elle doit être délicieuse et son capitaine doit l’aimer beaucoup;-)
    Merci Isabelle! C’est un plaisir de vous suivre dans cette aventure…talentueuse! Marithé

    Aimé par 2 personnes

  2. merci Marithé, c’est tellement gentil ce que tu écris, cela me touche beaucoup … c’et vrai que j’ai ces deux facettes, sérieuse dans le travail et que pour le reste je le suis moins, encore que je trouve que rire et prendre du recul est une façon très sérieuse de vivre bien 🙂
    et oui, ma ratatouille est excellente, j’aime cuisiner, aussi bien chinois que français … ou grec comme la moussaka !

    J’aime

  3. Bonjour Isabelle !
    J’ai adoré cet épisode du 19 et pris un petit bain de mer virtuel au grand large (à oilp bien sûr; je ne peux pas faire ça dans le plan d’eau de mon village, ce serait mal vu :)? J’ai pourtant la microfibre violette !)
    Je continue de parfaire ma culture nautique, m’amuse beaucoup ; j’apprécie tellement ton sens de l’autodérision… Je découvre une autre facette de cette très belle personne que la providence a mise sur mon chemin…Et quel talent d’écriture!
    J’espère que parallèlement à ces belles péripéties et jolies rencontres, tout continue à bien se passer et que ton capitaine n’est pas trop sévère avec toi!
    Vivement le prochain épisode!
    Merci Isabelle !

    Aimé par 1 personne

  4. Bonjour Isabelle,
    Cette extraordinaire aventure commence « fort » apparemment, elle promet des moments intenses et j’ai hâte de connaître la suite 😀😉 que tu es drôle, j’adore !
    J’ai comme l’impression que tu es passée tout près de mon lieu de vacances « Leucate, la franqui plus exactement » 😄 mais je me trompes peut-être…
    Michelle

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :